Le Village F1

Forum de la Communauté du village F1 / Garanti sans modération
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Situation de Ferrari en 1996

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Loyola
Pédant
avatar

Messages : 9198
Date d'inscription : 31/08/2007
Age : 48

MessageSujet: Re: Situation de Ferrari en 1996   Mar 2 Oct 2007 - 15:34

F1Spirit ne voit pas plus loin que le bout de son nez et parle a postériori de ce qu’il ne connait pas avec une belle morgue.

Tu devrais réfléchir un peu avant d’écrire des tissues de conneries en te basant sur les seuls résultats en course pour mal décrire une situation.

Ta vision des situations est celle d’un candide bas de plafond incapable de regarder les faits dans leur globalité.

Tu ne connais visiblement rien en management, rien en technique, rien en gestion des ressources humaines, rien en économie, rien en stratégie de développement, pas grand-chose en histoire de la F1 …

Et tu balance des caricatures sur des sujets touchant à tout cela en te basant sur la plus superficielle des visions.

PS : Essayes de mieux choisir tes lectures Mr Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoschurri

avatar

Messages : 2486
Date d'inscription : 01/09/2007
Localisation : Ardèche

MessageSujet: Re: Situation de Ferrari en 1996   Mer 3 Oct 2007 - 0:55

Loyola a parfaitement raison !

J'imite qui là ? Mr Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loyola
Pédant
avatar

Messages : 9198
Date d'inscription : 31/08/2007
Age : 48

MessageSujet: Re: Situation de Ferrari en 1996   Mer 3 Oct 2007 - 1:08

Yoschurri a écrit:
J'imite qui là ? Mr Green

Personne, tu fais juste preuve de bon sens. Taquin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Schumilton29



Messages : 129
Date d'inscription : 01/10/2007

MessageSujet: Re: Situation de Ferrari en 1996   Mer 3 Oct 2007 - 16:03

Ce vendredi 8 décembre 1995, sur la scène de la Salle des Etoiles, à Monaco, l’Allemand survient d’un pas alerte, (presque) en habitué. Deux mois plut tôt, le jeudi 5 octobre, en soirée, Jean Todt a invité Schumacher à visiter, en secret, les installations de la Gestion Sportive de Ferrari à Maranello. Et à mouler son siège. « C’est la grande aventure de ma vie », a-t-il murmuré – ou plutôt – prédit en se retirant de la nuit italienne.

Le premier contact Weber-Jean Todt se déroule, en juin et très discrètement, dans un des restaurants de l’aéroport de Nice-Côte d’Azur. Evidence : Todt rêve d’enrôler un champion du monde à la tête de Ferrari. Weber déconcerte le Français doublement. D’un côté, il présente des exigences financières élevées. De l’autre, il situe la motivation sportive de Schumacher sur un plan inédit : « Michael a besoin d’un grand challenge personnel. Gagner des courses ne lui suffit plus. »

Sans le savoir, Jean Todt et Michael Schumacher allaient l’un vers l’autre depuis quelques temps. Todt est un intégriste mystique de Maranello car il s’investi de la mission suprême et l’image de Ferrari. Il n’y aboutira pas avec Alesi et Berger, les deux coureurs qu’il a trouvés dans les monoplaces rouges en 1993. En son for intérieur, Todt est agréablement surpris par la nature de l’ambition de Michael Schumacher. Puisque c’est exactement ce que Todt espérait de la part de Schumacher. Il estime que le plus dur est fait.

Au printemps 1995, alors que l’intérêt de Ferrari pour Schumacher commençait à transparaître dans les médias, Christian Contzen et Michael Schumacher partagent un vol en hélicoptère en France. L’Allemand se confie spontanément au directeur de Renault Sport : « Si je vais chez Ferrari, ce sera pour satisfaire mon envie de relever un grand défi et de prouver que je peux le gagner ». L’authenticité de ces propos étant garantie, leur analyse est imparable : Michael Schumacher considère son paramètre personnel comme plus fort que l’écurie. Après ça parle de salaire…

Source : Michael Schumacher, Salut Champion
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loyola
Pédant
avatar

Messages : 9198
Date d'inscription : 31/08/2007
Age : 48

MessageSujet: Re: Situation de Ferrari en 1996   Mer 3 Oct 2007 - 16:05

Oui et alors ?

Ce ne sont que des déclarations convenues, rien de plus Cool

Tu crois aux paroles de MS comme en des paroles d’évangile Choqué

Excuses moi, mais c’est très naïf Cool

Tous les propos de pilotes, de patrons d’écuries, de dirigeants de la FIA … ne sont que langue de bois politique, rarement ne serait-ce qu’un début de vérité.

Et il ne s’agit bien évidement pas que de MS Cool

Ce type de déclarations n’a en générale aucune valeur et ne veut pas dire grand-chose. Cool

En plus méfis-toi des hagiographies, ce ne sont que très rarement des sources d’information pertinentes Clin d'oeil


Dernière édition par le Mer 3 Oct 2007 - 16:17, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spykerfan

avatar

Messages : 1308
Date d'inscription : 31/08/2007
Age : 24
Localisation : Dans les stands de Formula 1 Wait'n See Forum powered by phpBB

MessageSujet: Re: Situation de Ferrari en 1996   Mer 3 Oct 2007 - 16:07

Et puis la source du sujet...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spykertown.miniville.fr
Loyola
Pédant
avatar

Messages : 9198
Date d'inscription : 31/08/2007
Age : 48

MessageSujet: Re: Situation de Ferrari en 1996   Mer 3 Oct 2007 - 16:14

Spykerfan a écrit:
Et puis la source du sujet...

Interrogation Interrogation Interrogation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spykerfan

avatar

Messages : 1308
Date d'inscription : 31/08/2007
Age : 24
Localisation : Dans les stands de Formula 1 Wait'n See Forum powered by phpBB

MessageSujet: Re: Situation de Ferrari en 1996   Mer 3 Oct 2007 - 16:18

Schumilton29 a écrit:
Source : Michael Schumacher, Salut Champion
Cela ne peut pas être péjoratif pour Schumacher Clin d'oeil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spykertown.miniville.fr
Loyola
Pédant
avatar

Messages : 9198
Date d'inscription : 31/08/2007
Age : 48

MessageSujet: Re: Situation de Ferrari en 1996   Mer 3 Oct 2007 - 16:20

Loyola a écrit:
En plus méfis-toi des hagiographies, ce ne sont que très rarement des sources d’information pertinentes Clin d'oeil

Vantard

Utilise objectif plutôt que péjoratif car tu fais un contresens Clin d'oeil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loyola
Pédant
avatar

Messages : 9198
Date d'inscription : 31/08/2007
Age : 48

MessageSujet: Re: Situation de Ferrari en 1996   Mer 3 Oct 2007 - 16:23

Plus que la source, qui est plus que discutable tant elle est agiographique dans ses interprétation, c’est l’importance donné aux allégations des intéressés qui pose problème.

Ce type de propos n’a strictement aucune valeur et ceux quelques soit la personne les proférant, quand les enjeux sont important le discours sert toujours à occulter et a maquiller la vérité pas à la révéler.


Dernière édition par le Mer 3 Oct 2007 - 16:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spykerfan

avatar

Messages : 1308
Date d'inscription : 31/08/2007
Age : 24
Localisation : Dans les stands de Formula 1 Wait'n See Forum powered by phpBB

MessageSujet: Re: Situation de Ferrari en 1996   Mer 3 Oct 2007 - 16:26

Loyola a écrit:

En plus méfis-toi des hagiographies, ce ne sont que très rarement des sources d’information pertinentes Clin d'oeil


Vantard

Utilise objectif plutôt que péjoratif car tu fais un contresens Clin d'oeil
Je viens de vérifier sur Wikipédia et j'avais tort Clin d'oeil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spykertown.miniville.fr
Loyola
Pédant
avatar

Messages : 9198
Date d'inscription : 31/08/2007
Age : 48

MessageSujet: Re: Situation de Ferrari en 1996   Mer 3 Oct 2007 - 16:31

Ce qui est amusant c’est que les fans de MS puissent le prendre pour un neuneu romantique se laissant conduire par la seule passion, ce qui est en fait assez insultant pour lui Rire Rire

Heureusement que je suis là pour défendre l’honneur de MS contre toutes ces vilénies : MS fût un pilote fort intelligent, disposant d’une vista remarquable et menant sa carrière comme personne ne parvint à le faire avant lui.

Il avait les qualité d’un véritable entrepreneur mis au service du développement d’un seul produit : lui-même.

Remarquable en tout point Super
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
F1spirit



Messages : 312
Date d'inscription : 04/09/2007

MessageSujet: Re: Situation de Ferrari en 1996   Mer 3 Oct 2007 - 18:16

ne caricature pas loyola je n'ai pas dit qu'il est allé chez ferrari au son de la lyre, les gros sous en f1 font partie intégrante de ce monde et il ne s'est pas laissé aller par sa seule passion les négociations sont faites pour cela
bien sûr qu'il y a ces paramètres

mais c'était quand même un défi je persiste et je signe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Renault

avatar

Messages : 1854
Date d'inscription : 02/09/2007
Age : 26
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: Situation de Ferrari en 1996   Mer 3 Oct 2007 - 19:01

Loyola, seulement, Michael ne fut pas qu'un simple calculateur tout comme Prost, ils avaient d'autres qualités, et fort heureusement. Clin d'oeil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.fedora-fr.org/renault
Loyola
Pédant
avatar

Messages : 9198
Date d'inscription : 31/08/2007
Age : 48

MessageSujet: Re: Situation de Ferrari en 1996   Mer 3 Oct 2007 - 20:32

F1spirit a écrit:
mais c'était quand même un défi je persiste et je signe

Tu mets la barre du défi bien bas Choqué

À ce compte, nous sommes tous des héros. Taquin

Un petit pari sur l’avenir fort raisonné et n’ayant aucune implication grave en cas d’échec au vu de la position de MS à cette époque.

Si c’est sa la prise de risque je passe ma vie a faire bien pire Mr Green

PS : Tu n’es pas le premier à persister et signer dans l’erreur flagrante, le club est riche en membres.


Dernière édition par le Mer 3 Oct 2007 - 20:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loyola
Pédant
avatar

Messages : 9198
Date d'inscription : 31/08/2007
Age : 48

MessageSujet: Re: Situation de Ferrari en 1996   Mer 3 Oct 2007 - 20:35

Renault a écrit:
Loyola, seulement, Michael ne fut pas qu'un simple calculateur tout comme Prost, ils avaient d'autres qualités, et fort heureusement. Clin d'oeil

Où as-tu lu de ma part qu’il n’était que cela, d’autant que je n’ai pas utilisé le terme très réducteur de calculateur, mon jugement va bien au delà de ce degré zéro de l’action réfléchie.

C'est vraiment amusant de voir à quel point vous voulez a tout pris faire rentrer du panache là où il n’y en n’a nul trace.

Il faut avouer a votre décharge que vous ne semblez pas avoir la moindre idée de ce qu’est le véritable panache et l’héroïsme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loyola
Pédant
avatar

Messages : 9198
Date d'inscription : 31/08/2007
Age : 48

MessageSujet: Re: Situation de Ferrari en 1996   Mer 3 Oct 2007 - 22:35

J’espère que Schumilton n’a pas mal pris ma réaction à sa citation d’un ouvrage agiographique consacré à son idole, mais ce type de naïveté dépasse de loin le simple cadre qui nous concerne ici.

Toute proportion gardées, c’est un peu comme si pour défendre la deuxième guerre du Golf on cité les discours de Bush, Rice, Powell et consort la justifiant. Mr Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
F1spirit



Messages : 312
Date d'inscription : 04/09/2007

MessageSujet: Re: Situation de Ferrari en 1996   Jeu 4 Oct 2007 - 14:18

Loyola a écrit:
F1spirit a écrit:
mais c'était quand même un défi je persiste et je signe

Tu mets la barre du défi bien bas Choqué

À ce compte, nous sommes tous des héros. Taquin

Un petit pari sur l’avenir fort raisonné et n’ayant aucune implication grave en cas d’échec au vu de la position de MS à cette époque.

Si c’est sa la prise de risque je passe ma vie a faire bien pire Mr Green

PS : Tu n’es pas le premier à persister et signer dans l’erreur flagrante, le club est riche en membres.

PS tu joues sur les mots, je rajoute l'amendement n°36556
"défi en rapport à la discipline sportive qu'est la f1, non sur la vie courante"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loyola
Pédant
avatar

Messages : 9198
Date d'inscription : 31/08/2007
Age : 48

MessageSujet: Re: Situation de Ferrari en 1996   Jeu 4 Oct 2007 - 19:18

Je ne joue pas sur les mots, MS a agit en gestionnaire prenant un risque fort limité pouvant lui rapporter énormément sur tous les tableaux.

Si c’est cela le défi et l’héroïsme, je passe ma vie a faire cela en tant que dirigeant de sociétés.

Pas de quoi en faire un plat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Schumilton29



Messages : 129
Date d'inscription : 01/10/2007

MessageSujet: Re: Situation de Ferrari en 1996   Ven 5 Oct 2007 - 9:50

Loyola a écrit:
J’espère que Schumilton n’a pas mal pris ma réaction à sa citation d’un ouvrage agiographique consacré à son idole, mais ce type de naïveté dépasse de loin le simple cadre qui nous concerne ici.

Toute proportion gardées, c’est un peu comme si pour défendre la deuxième guerre du Golf on cité les discours de Bush, Rice, Powell et consort la justifiant. Mr Green

Non non ça va. Cool On m'aurait menti alors ? Furieux Large Sourire Moi je suis convaincu que ce qu'il a dit dans l'ouvrage est vrai. On comprend beaucoup mieux pourquoi il a fini sa carrière chez Ferrari et qu'il voulait pas aller ailleurs. A l'époque, j'avais pas très bien compris son choix. Mais pour faire un choix, il n'y avait que lui seul pour savoir si c'était le bon. Ca été dur et long mais il a bien fini par gagner son défi. Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loyola
Pédant
avatar

Messages : 9198
Date d'inscription : 31/08/2007
Age : 48

MessageSujet: Re: Situation de Ferrari en 1996   Ven 5 Oct 2007 - 10:07

Sans te blaiser, je te trouve mignon de candeur et de fraicheur.
Ce la dépasse très largement la question de la carrière de MS, prêter foi aux propos des intéressé et a leur analyses par des ouvrages agiographique est un comportement très dangereux.

Si je peux te donner un conseil travail ton esprit critique, essayes de mettre les événements en perspective et prend avec d’infini précautions les déclarations des acteurs des événements.

Il ne s’agit d’ailleurs pas a proprement parler de mensonge dans bien des cas, mais plus simplement de déclaration partiales et partielles ne révélant qu’un très petit aspect d’une réalité souvent bien plus complexe que celle exposée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loyola
Pédant
avatar

Messages : 9198
Date d'inscription : 31/08/2007
Age : 48

MessageSujet: Re: Situation de Ferrari en 1996   Ven 5 Oct 2007 - 10:12

Schumilton29 a écrit:
Ca été dur et long mais il a bien fini par gagner son défi. Cool

Par exemple qualifier un choix rationnel offrant un ratio potentialité de risque/ potentialité de gain dés plus intéressant de défi héroïque est de l’ordre du travestissement de la réalité des faits.

Quand bien même ces faits peuvent être présenté par les intéressés sous ce jour plus valorisant et plus motivant.

Comme je l’écrivais précédemment un des très grands talents de MS est d’avoir su géré le développement de ses potentialités en véritable entrepreneur éclairé.

C’est bien plus remarquable qu’un sois disant défi illusoire et finalement assez crétin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loyola
Pédant
avatar

Messages : 9198
Date d'inscription : 31/08/2007
Age : 48

MessageSujet: Re: Situation de Ferrari en 1996   Ven 5 Oct 2007 - 12:28

Les choix qui s’offraient à MS fin 95 peuvent sans difficulté être comparé à ceux auxquels sont confrontés les exécutifs des sociétés.

Asseyons d’analyser rationnellement la situation.

En premier lieu quelle était la place de MS dans le monde de la F1 en 1995 ?

Il était déjà incontestablement reconnu comme le pilote le plus talentueux en piste, dans le grand dessert de talents confirmés qu’était devenu la F1 après le décès de Senna.

Il était champion du monde en titre, il avait de bonne chance d’être de nouveau couronné, son statut de champion recconu était alors très largement assuré.

En fait, quels sont les désires d’un pilotes de F1 ?

En premier lieu être reconnu en remportant des GP et ensuite la couronne mondiale.

MS avait fait tout cela et était plus que largement reconnu en cette saison 95.

Que faire une fois tout cela obtenu ?

Trois ambitions se dégagent naturellement :

• Faire fructifier financièrement son statut.
• Essayer d’obtenir plus que nuls autres pilotes avant soi.
• Pérenniser tout cela sur du long terme.

Regardons ce que pouvaient proposer les différentes écuries aux regards de ces aspects.

Benetton :
• Il s’agissait alors de l’écurie la plus limité en terme financier, parmi celles pouvant prétendre à la victoire, elle pouvait difficilement prétendre faire une offre exceptionnelle d’un point de vue financier.
• Sa pérennité aux sommets était plus que problématique. Si elle avait fini par être capable de porter un pilote aux sommets elle restait fortement sous-structuré en comparaison avec ses concurrente et semblait ne pouvoir que très difficilement offrir des garantis de succès sur une longue période. Une écurie qui avait finalement donné le maximum d’elle-même et qui ne pouvait que stagner voir déchoir en comparaison avec les moyens de ses concurrente.
• Que pouvait-elle offrir de plus à MS que ce qu’elle lui avait déjà donné ? Pas grand-chose en fait : un peu plus d’argent, des perspectives vague de succés …

Rester chez Benetton n’offrait au mieux que de vague perspectives de continuité à court terme, ce qui était bien loin d’être suffisent dans la situation de MS.

McLaren :
• . Une structure partenaire d’un constructeur très puissant à l’origine de la carrière de MS et prés à tous les sacrifices financiers pour s’en assurer les services.
• Une équipe solide, fort bien structuré du côté châssis, plus en difficulté du côté moteur mais offrant de très belle perspective de présence au sommet à long terme malgré une crise structurelle latente.
• Un manager fort Ron Dennis n’ayant pas pour habitude d’offrir a ses pilotes plus de place dans la structure que nécessaire et n’étant pas prêt à sacrifier quoi que ce soit pour s’assurer un partenariat sur du long terme avec un de ces pilotes.

Donc une belle opportunité d’un point de vue financier et technique mais au mieux le même statut que ceux qu’eurent en leur temps les Lauda, Prost ou Senna.

Très tentant à moins de trouver quelque chose de plus exceptionnel.

Williams :
• Frank Williams n’a jamais fait parti des manager prêt à tous les sacrifices pour s’attacher les services d’un pilote, financièrement il pouvait proposer quelques chose de très honnête mais rien d’exceptionnel.
• Pour Williams le pilote n’est qu’un des accessoires de la monoplace, il est interchangeable, partant du principe qu’une monoplace exceptionnel peut faire bien plus la différence qu’un pilote exceptionnel. Aucun statut privilégié à attendre de ce côté-là.
• Si Williams est une écurie des plus structuré elle souffre de rester indépendante de son motoriste et de devoir le jour venu le remplacer. Renault est pour beaucoup dans le succés de Williams et dés 95 le paddock est conscient que la présence de Renault ne sera pas éternelle.

Donc une écurie n’ayant en fait pas grand-chose à offrir à MS malgré son excelance.

Ferrari :
• En nommant Todt à la direction sportive de la Scuderia Luca Cordero di Montezemolo, lui à non seulement offert les pleins pouvoir mais des moyens financiers colossaux. La Scuderia était en capacité de faire une offre financière à MS tel que la F1 n’en avait jamais connue.
• Dans son entreprise de restructuration de la Scuderia Todt avait besoins d’un élément fédérateur pour l’équipe, d’un pilote reconnu capable de s’investir pleinement sur du long terme. En échange de cet implication dépassant très largement celle qu’a classiquement un pilote, MS pourrait en cas de succés obtenir de son équipe bien plus que nul autre pilote n’avait obtenu avant lui.
• Si la Scuderia était descendu à un niveau indigne de son histoire elle n’en restait pas moins une équipe de premier rang, disposant de tous les outils et de moyens colossaux. Il lui manquait seulement un véritable management efficace s’adossant sur une politique de recrutement intelligente. Ce manager providentiel ce nommait Jean Todt et courant 95 sont travail de restructuration s’il n’avait pas encore porté ses fruits en piste avait réellement révolutionné le petit monde de Maranello quant à ces modes de fonctionnement.

Nous avons donc là une écurie en pleine finalisation de sa restructuration, disposant de moyens colossaux, prête à faire un pont d’or à MS et à lui offrir un statut au sein de l’organisation se métant en place que nul pilote n’avait eu avant lui.

Le seul point d’interrogation concernant cette offre résidait dans les chances de succès de la démarche de Todt.

Comme je l’écrivais courant 95 les fruits du travail de Todt étaient déjà largement visibles en interne et plus encore il était clair qu’il pouvait pour la première fois depuis la disparition d’Enzo Ferrari y avoir un homme ayant réellement la confiance de ses patrons sur du long terme et brisant ainsi les guerres de palais qui avait tant déstabilisé la Scuderia.

Le succès n’était pas certains, mais il y avait de très forte chance qu’il soit au rendez-vous, tant tout été enfin réunis pour y parvenir.

Et quand bien même ce succès n’eu pas été au rendez-vous qu’avait à y perdre MS ?

Quelques saisons en demi-teinte, un échec qu’il serait facile de faire porter sur Ferrari et non sur lui.

MS avait atteint un niveau de reconnaissance où il n’avait strictement rien à perdre en termes d’image d’un échec de Ferrari.

Par contre en cas de succès il aurait ce que personnes avant lui n’avait eu en F1 :
• Une rémunération colossale.
• Une machine de guerre entièrement dévoué à sa cause.
• Un statut de pilote n°1 incontestable.

En résumé les moyens d’effacer des tablettes tout ceux qui c’étaient aligné en F1 avant lui.

Seul le choix de Ferrari pouvait lui offrir cela.

Le gain raisonnablement envisageable était colossal pour un risque très faible en cas d’échec.

Il eut fallut être idiot pour ne pas faire ce choix sur du long terme, immédiatement rentable économiquement et offrant des perspective de potentielle hégémonie comme il ne s’en était jamais vu précédemment.

Un deal exceptionnel à la hauteur d’un pilote exceptionnel, issues de circonstances exceptionnelles qui ne se présentent que fort rarement dans l’histoire de la F1.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FORZA MASSA

avatar

Messages : 1640
Date d'inscription : 31/08/2007
Age : 30

MessageSujet: Re: Situation de Ferrari en 1996   Ven 5 Oct 2007 - 23:02

En bref, il a superbement mené sa carrière Large Sourire
Cependant, il s'est quand même énormément investi dès son arrivée a la Scuderia pour faire progresser l'équipe Clin d'oeil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loyola
Pédant
avatar

Messages : 9198
Date d'inscription : 31/08/2007
Age : 48

MessageSujet: Re: Situation de Ferrari en 1996   Sam 6 Oct 2007 - 0:39

A condition de ne pas se tromper sur la nature de son investissement et sur sa porté, beaucoup trop considèrent que la Scuderia est revenu aux avants postes en grande partie grâce à MS ce qui est plus que caricatural. Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Situation de Ferrari en 1996   

Revenir en haut Aller en bas
 
Situation de Ferrari en 1996
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Essai de la Ferrari F 458 italia
» Piero Liatti et Didier Auriol 1996 Subaru N555 BAT
» 2011 - [Ferrari] FF
» 2010 - [Fioravanti] Ferrari F430 SP1
» remise en forme XTE 600 1996, FINI le 30/03/07

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Village F1 :: Forums sur la F1 :: d'Hier-
Sauter vers: